top of page

"Le Mur de l'Atlantique"

Bundesarchiv_Bild_101I-263-1580-13_Frankreich_Atlantikwall_Soldat-2.jpg

"De la Norvège jusqu'à la frontière espagnole..."

 

C'est le 23 mars 1942 qu'Adolf Hitler signe la "Directive de guerre N°40" qui prescrit la construction de solides défenses côtières de la Norvège jusqu'à la frontière espagnole.

A partir de 1942 les forces de l'Axe commencent en effet à subir de sérieux revers (victoires alliées à Midway, à El Alamein, à Stalingrad (...), débarquements alliés en Afrique du Nord, puis en Sicile et en Italie ...) et il devient impératif d'empêcher un nouveau débarquement anglo-américain, cette fois sur la côte française ou un peu plus au nord.


Chargée de la construction du "Mur de l'Atlantique", l'Organisation Todt emploiera des centaines des milliers de travailleurs (volontaires ou forcés) à la construction de milliers d'ouvrages défensifs, la plupart du temps choisis sur un catalogue de constructions standardisées, allant de puissantes casemates d'artillerie à des ouvrages dédiés à la défense anti-aérienne, en passant par les postes de commandement et les simples abris-cuisines.

 

En novembre 1943, le Generalfeldmarschall Erwin Rommel est nommé Inspecteur des fortifications de l'Ouest, puis, dès janvier 1944, Chef du Groupe d'Armées B, chargé des défenses de la côte de la Manche.
Très insatisfait des travaux menés jusque-là, et doutant fortement de la capacité du Mur à repousser un débarquement allié, Rommel s'emploie alors avec beaucoup d'énergie à accélérer la construction d'ouvrages défensifs et à multiplier le nombre d'obstacles et de pièges mortels sur les plages et en arrière du littoral.

 

L'Histoire retiendra que si sa puissance a causé de terribles pertes aux armées alliées le 6 juin 1944 (et bien après en certains lieux), le "Mur de l'Atlantique" n'a pas empêché le débarquement allié et l'établissement d'une solide tête de pont en Normandie.

Les choix stratégiques d'Hitler - bien souvent malheureux - n'y sont pas pour rien, et Rommel avait sans doute raison lorsqu'il insistait sur la nécessité absolue de disposer, dès les premiers instants d'une opération amphibie alliée, de tous les moyens nécessaires - notamment des unités blindées - pour empêcher les forces anglo-américaines de s'emparer des plages et de s'établir sur le rivage...

 

Wurzburg-Distelfink2-min2.jpg
Wn 08.jpg
Inspection Rommel.jpg
Batterie_lindemann_cap_gris_nez2.jpg

Circuit "Le Mur de l'Atlantique"
(Demi-journée)

Bien que certains éléments du Mur de l'Atlantique aient été détruits durant les combats ou après la fin des hostilités, la plupart des fortifications du Mur de l'Atlantique est toujours visible aujourd'hui.

A des très rares exceptions près, les armements ont été retirés et beaucoup d'éléments métalliques - notamment les lourdes portes blindées - ont été récupérées après-guerre.
Il reste cependant, notamment en Normandie, des sites d'un très grand intérêt et d'une grande diversité dont certains ont été restaurés avec soin par des passionnés.

Memory Tracks vous propose ainsi de partir à la découverte des vestiges du "Mur de l'Atlantique" en découvrant trois sites dont nous vous raconterons l'histoire au cours de notre périple :

- Bâti sur 5 niveaux et entièrement restauré, un poste de Direction de Tir de la Kriegsmarine - la marine allemande - à Ouistreham. Un site d'une rare qualité et présentant une remarquable collection d'équipements et d'uniformes.

- A 4 kms des plages de Juno et Sword, un Poste de Commandement de la Wehrmacht, (736e Régiment d'Infanterie - 716e DI). Ce site de 24 hectares (à l'origine) comprend divers types de constructions dont deux Bunkers de type R608. Il est aujourd'hui géré par une association de bénévoles "Les amis du Suffolk Regiment", qui s'emploie depuis 1989 à restaurer les différents ouvrages du site.
 

- La station Radar "Distelfink" de la Luftwaffe. Implantée à l'origine sur 35 hectares et servie par une garnison de 152 hommes, la station "Distelfink" est aujourd'hui un site exceptionnel.
Il permet - notamment - de découvrir un des très rares radars Würzburg subsistant en Europe ainsi qu'un abri de Commandement de la chasse, bâti sur deux étages, de type "Anton".

Sur ce parcours, certaines liaisons nous permettront d'emprunter de charmantes petites routes de campagne et de traverser des villages normands typiques de la région...

Reconnaissance_German_Defences.jpg

Informations pratiques

 


Sur réservation préalable.

 

Le circuit "Le Mur de l'Atlantique" s'effectue - au choix - le matin ou l'après-midi, depuis Caen ou Ouistreham.

Matin : Départ à 08h30, retour prévu vers 13h00.
Après-midi : Départ à 14h00. Retour prévu vers 18h30.

Tarif unique : 390 € (4 passagers maximum).

La règlementation nous impose en effet de fixer un tarif par circuit et non en fonction du nombre de passagers.

Les entrées dans les musées sont incluses.


Attention : nous ne pouvons malheureusement accepter les enfants de moins de 10 ans à bord en raison de l'impossibilité technique d'utiliser les équipements obligatoires (siège enfant, réhausseur...).

DSC04905Web-2.png
bottom of page